Petite putain

Il aimait la voir petite chienne, à quatre pattes, faire la belle et quémander Sa queue. La voir se branler contre Sa chaussure, la langue tendue, haletante. Il aimait la voir salope, insatiable et offerte, la croupe tendue et la chatte dégoulinante.

Mais ce jour, Il la voulait putain. Il voulait la savoir déambuler dans une minijupe indécente et deviner ses talons aiguilles claquer sur les pavés de la rue Saint Denis. Il voulait la retrouver dans un hôtel de passe, savoir sur elle les regards interrogatifs des passants, l’imaginant être une pute. Il savait qu’elle n’aurait pas de pudeur à s’afficher à son bras, elle accentuerait sa démarche sexy, elle garderait la tête haute, mais les yeux baissés face à Lui. Seul son collier donnerait des réponses à ceux qui pourraient comprendre. Elle n’était pas une pute. Non. Elle était Sa pute. Pleinement et passionnément.

Juste une passe. Un coup de vent dans une journée bien remplie. Un rendez-vous secret. Il la retrouve dans un de ces hôtel qui louent des chambres à l’heure. Les yeux fardés de noir, la bouche rouge, la jupe au ras des fesses, perchée sur 15 centimètres de talons, elle n’a l’air de rien d’autre que d’une pute. Mais elle n’est là que pour Lui. Elle est Sa putain privée. Celle qu’Il siffle quand Il en a envie. Quand Il a envie qu’elle s’offre et se donne. Quand Il a envie de sa bouche, de sa chatte ou de son cul. Quand Il a envie de sa langue, de son corps en mouvement, de sa soumission, de son désir toujours aussi intense de Lui donner du plaisir.

Elle sait pourquoi elle est là, elle s’offre et ôte sa robe la porte à peine close. Elle se jette à Ses pieds, prosternée. À genoux elle lèche Ses doigts, avide. Alors Il use de son corps, sans même un mot, sans que rien ne soit nécessaire. Il dispose d’elle à outrance, elle n’est plus qu’un corps, un objet de plaisir qu’Il doigte, qu’Il pénètre et qu’Il baise. Il claque ses fesses, pince ses tétons, Il l’insulte, Il la défonce. Elle en redemanderait si elle pouvait. Elle aime qu’Il la soumette, qu’Il l’abreuve de sexe. Elle a envie de se sentir à Son service, source de Ses plaisirs.

Bientôt il n’y aura plus que des cris, des supplications, des ordres, des gifles, des respirations rapides, des gémissements. Et puis enfin, Il l’honorera de Son sperme, elle le boira jusqu’à la dernière goûte, léchant et suçant encore un long moment Sa queue, jusqu’à ce qu’Il l’arrête.

Il prendra alors Sa petite putain contre Lui quelques instants. Quelques instants d’éternité. Ils repartiront dans Paris, aussi vite, Lui d’un côté, elle de l’autre. Elle sentira encore sous Sa langue le gout de Son sperme et sourira toute seule. Sienne. Heureuse.

2 commentaires sur “Petite putain

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.